01 60 99 52 36 − 24/7 Téléphone

Notre appel

« Il nous était impossible de rester les bras croisés face au cri d’alarme lancé par les associations féministes. Le confinement ne rime pas avec immobilisme. Il doit, plus que jamais, être synonyme de solidarité et de fraternité. »
Charlyne Péculier, Présidente de l’Association

L’association « Un abri qui sauve des vies » est née pendant le premier confinement lié à l’épidémie du Covid-19 au premier trimestre 2020 par Fostine Carracillo, Paul Wirbel, Hadrien Wolfelsperger et Charlyne Péculier. 

L’objectif est de pallier le manque de places en hébergement d’urgence pour les femmes et les hommes victimes de violences conjugales et intrafamiliales en créant un réseau de solidarité en France métropolitaine.

Un abri qui sauve des vies est devenu une association loi 1901 depuis le mois de juillet 2020. L’action menée pendant la crise sanitaire est pérennisée afin de compléter les logements d’urgence existants et d’offrir un espace serein à celles et ceux qui ont vécu ce cauchemar familial. 

woman-on-phone

Les violences conjugales et intrafamiliales, fléau persistant du XXIème siècle

Tous les deux jours, vous voyez s’afficher sur vos réseaux sociaux ou dans les médias le nom d’une femme, décédée sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint. Ces vies qui n’auraient jamais dû s’arrêter si tôt, pas de cette façon… Ces nouvelles sont insoutenables !

Les hommes aussi subissent des violences qu’ils taisent par peur de manquer de légitimité pour crier leur état de victimes. Victimes de leurs parents, qui n’acceptent pas leur orientation sexuelle, victimes de leur conjoint⋅e. 

Pensons à  ces enfants, trop nombreux témoins et victimes de ces violences, forcés de débuter leur vie avec ces souvenirs douloureux. Sans oublier cet enfant qui meurt tous les 5 jours sous les coups d’un de ses parents, ou celui qui vit des violences sexuelles. 

Violences physiques, psychologiques, administratives, financières, elles prennent des formes multiples qui rendent le parcours d’une personne victime difficile, semé de problèmes et traumatismes à surmonter.

La mise à l’abri, premier pas vers l’avenir

Nous voulons aider toutes ces personnes, indépendamment de leur identité de genre ou orientation sexuelle. Aucune d’entre elles ne doit être réduite à un statut de “victime” et doivent avoir la même chance de s’en sortir. Nous leur donnons de la force, leur offrons un moment de répit avant de rebondir et d’acquérir l’autonomie nécessaire pour retrouver confiance en elles. 

Le principe est simple : l’association recense via son site internet des logements ou parties de logements vacants de professionnels ou particuliers qui les mettent à disposition gratuitement, de façon transitoire. Elle s’occupe également d’organiser le relogement de ces personnes victimes de violences intrafamiliales, en faisant le lien entre les abritant⋅es (les personnes qui proposent leur logement) et les bénéficiaires. La mise à l’abri est encadrée juridiquement par nos soins.

Nous nous appuyons sur les dispositifs existants pour accompagner ces personnes, qu’ils soient étatiques, citoyens, associatifs. L’association est fondamentalement dans une logique partenariale et se met à disposition d’autres structures qui auraient besoin de faire héberger une victime de violences conjugales ou intrafamiliales. 

Une société sans violence, toutes et tous acteurs

Un abri qui sauve des vies s’appuie sur la solidarité nationale. De plus en plus de personnes sont sensibilisées à la cause des violences intrafamiliales et sont prêtes à apporter leur aide. Nous leur permettons de le faire en devenant un⋅e abritant⋅e temporaire. 

Notre organisation s’appuie aussi sur une centaine de bénévoles qui accompagnent les personnes victimes, organisent les relogements, s’occupent de la communication, font du conseil juridique, etc. La volonté dont ils font preuve fait grandir l’association de jour en jour. 

Ces petits pas que nous faisons ensemble participent à réduire la violence qui n’a pas sa place dans notre société.

Notre conseil d'administration

Conseil d'administration
Quitter le site